Il y a un fossé…

En lisant cette parution, de l’évangéliste Reinhard Bonnke (voir ci-dessous), je suis subjuguée et inspirée, par sa description si simple et si juste, de l’œuvre de Jésus-Christ, à la croix.

Ce qui m’interpelle fortement, c’est comment il explique qu’avec Christ c’est simple.

Et je suis frappée par le décalage entre ce que l’on vit, nous chrétiens, et ce que la Parole nous encourage, à croire, à faire.

Cette courte pensée, je l’intitule : Il y a un fossé…

Il y a un fossé, entre les œuvres, que nous pensons devoir « produire », pour mériter de Dieu ; mériter le salut, mériter la bénédiction, mériter la guérison, mériter la puissance, mériter le travail, mériter le bonheur ect… alors que la pensée de Dieu, et toute autre. Il nous dit de « croire seulement » pour citer l’article de l’évangéliste, d’accepter ce qu’Il a fait pour nous a la croix, car tout est accompli ! Jésus-Christ nous a déjà acquis toutes ces choses :  salut, santé divine, travail, puissance…

Nous nous débattons beaucoup, car en réalité, nous sommes soit ignorants ou pas conscients, de ce que Christ nous a acquis à la croix ! Et nous pensons que nous avons des efforts à faire.

Il n’y a pas d’efforts à faire car Christ à TOUT fait, Il nous demande seulement d’accepter et d’être dans le repos de la foi !

 

Il y a un fossé, lorsque nous pensons, que tout ce que Dieu nous demande est trop dur, inaccessible.

« On a l’impression que la foi “crois seulement” est en quelque sorte hors de notre portée. L’étiquette de prix impossible, attaché à la puissance et la bénédiction de Dieu, est là seulement parce que c’est nous qui l’avons mis. » Extrait de l’article

Tout ce que Dieu nous demande de faire, est possible, car Il a déjà mis en nous la ressource, Il nous a déjà donné la capacité, par le Saint-Esprit en nous.

Dieu ne nous demandera jamais de faire quelque chose, sans nous en donner le moyen.

N’oublions pas que la foi, est un don de Dieu, elle ne vient pas de nous.

Alors soyons conscients de ce don, en nous, et exerçons le !

 

Il y a un fossé, entre notre manière de pensée, bien souvent religieuse, et la pensée de l’Esprit de Dieu.

Encore une fois, ce n’est pas à force d’efforts, de rituels, d’habitudes sévères, que nous auront des résultats avec Dieu, ou que nous Lui plairons, mais l’Esprit Saint, nous exhorte plutôt, à Lui faire confiance, à accepter les faits établis (l’échange divin à la croix), et à se reposer dans Son œuvre parfaite et totale !

Il y a un fossé, car nous pensons souvent, que nous ne sommes pas assez saint, nous pensons que « Si tu veux un réveil, si tu veux des miracles, si tu veux le meilleur de Dieu, alors il y a un prix à payer », nous pensons que devons nous consacrer davantage, prier plus, jeûner plus.

« C’est comme si les réveils, les miracles, ou le meilleur de Dieu étaient les récompenses pour un mode de vie “plus saint que toi.” Extrait de l’article

Oui en effet, il y a un prix à payer, si nous voulons voir les âmes revenir à Christ, dans le sens où il va falloir renoncer à soi, accepter de faire la volonté de Dieu au lieu de la nôtre, mais en aucun cas, nous avons a souffrir pour vivre le réveil, être délivré, être guéri, faire des miracles en Son Nom, c’est la normalité pour tout enfant de Dieu !

« Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru: en mon nom, ils chasseront les démons; ils parleront de nouvelles langues; ils saisiront des serpents; s’ils boivent quelque breuvage mortel, il ne leur fera point de mal; ils imposeront les mains aux malades, et les malades, seront guéris.  » Marc 16.17-18

C’est notre statut d’enfant de Dieu, qui nous confère cela, et pas nos efforts personnels, c’est ce que nous dit la Parole.

Et je terminerai par citer l’évangéliste Reinhard Bonnke, qui dit :

 « Au lieu de dire Christ “seul,” nous le remplaçons avec un badge de la spiritualité exceptionnelle et bien avancée. »

Cette phrase, moi personnellement, me fait beaucoup réfléchir, car elle résume la pensée de beaucoup d’entres nous, elle est très révélatrice.

Prenons le temps, de revoir nos croyances, en nous posant les bonnes questions ;

Ai-je la bonne perception de Dieu ?

Suis-je, dans la bonne interprétation de la Parole de Dieu ?

Ai-je bien compris mon identité, d’enfant de Dieu ?

Suis-je tout simplement dans la vérité ?

« L’œuvre du Calvaire est plus que suffisante. Prend-la. » Extrait de l’article de Reinhard Bonnke

Article de Reinhard Bonnke

Sans doute, chaque lecteur de la Bible désire avoir la foi comme “les Ecritures disent.” Quels merveilleux résultats qu’il y aurait si l’on “crois seulement. » Pourtant, beaucoup se disent, « Seulement? Si seulement je pouvais! » Mais Jésus, lorsqu’Il a dit, “Crois seulement, » ne s’adressait pas à un groupe de personnes élite, super-riches spirituellement. On a l’impression que la foi “crois seulement” est en quelque sorte hors de notre portée. L’étiquette de prix impossible, attaché à la puissance et la bénédiction de Dieu, est là seulement parce que c’est nous qui l’avons mis. Au lieu de dire Christ “seul,” nous le remplaçons avec un badge de la spiritualité exceptionnelle et bien avancée. Pourquoi placer Sa bonté hors de notre portée? Pourquoi essayons-nous de dire à Dieu ce qu’Il doit faire? Les bénédictions de Dieu sont des dons, et avec les dons nous ne pouvons pas se vanter de ce que nous avons fait. Est-ce possible qu’en ce faisant nous favorisons les mythes populaires qui disent: “Si tu veux un réveil, si tu veux de miracles, si tu veux le meilleur de Dieu, alors il y a un prix à payer.” C’est comme si les réveils, les miracles, ou le meilleur de Dieu étaient les récompenses pour un mode de vie “plus saint que toi.” Où se trouve une telle doctrine dans la Bible? Les œuvres? L’œuvre du Calvaire est plus que suffisante. Prend-la. Que Dieu te bénisse. REINHARD BONNKE

 

Un Amour Pur

16179447_398888417122791_2018774840852229167_o

J’ai une pensée sur le cœur, qui ne me quitte plus, depuis plusieurs jours ;

Un cri du cœur ; Avons-nous un amour pur ou sélectif, envers notre prochain ?

Aimons-nous les gens sincèrement, de façon désintéressée ? Ou sommes-nous calculateurs dans notre amour ?

Recherchons-nous la compagnie des gens « importants » ?

Aimons-nous les titres, les positions plus que les gens eux-mêmes ?

Avons-nous tendance à rechercher la compagnie des gens « importants » ?

Et à mépriser les plus « petits » ?

J’ouvre les guillemets, car il n’y a pas de gens plus importants ou moins importants, dans la pensée de Dieu, TOUT le monde est important !

« Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle. » Jean 3.16

Qu’il est triste de constater que bien souvent, dans nos milieux chrétiens, nous retrouvons cette pensée, qui consiste à banaliser, à mépriser celui qui paraît plus faible, plus fragile, ou celui qui est différent de nous.

C’est une pure folie aux yeux de Dieu, que d’agir ainsi, Lui qui à versé Son Sang pour tous !

Voyons Jésus-Christ, notre modèle :

 

  • Pour Jésus-Christ, celui qui est grand aux yeux de Dieu, c’est celui qui sait s’abaisser, qui est au service des autres

« Le plus grand parmi vous sera votre serviteur. Quiconque s’élèvera sera abaissé, et quiconque s’abaissera sera élevé. » Matthieu 23.11-12

Ce n’est pas celui qui se croit plus grand ou meilleur que les autres.

Bien au contraire, c’est celui qui voit les autres, comme lui étant supérieur.

« Ne faites rien par esprit de parti ou par vaine gloire, mais que l’humilité vous fasse regarder les autres comme étant au-dessus de vous-mêmes. » Philippiens 2.3

C’est celui qui a du respect pour son prochain.

 

  • Jésus n’à jamais aimer les honneurs

Il se plaisait avec les gens simples, les rejetés de la société, c’était eux, le cœur même de son message ! Les pauvres en esprit, ceux qui reconnaissent qu’ils ne sont rien, sans Lui.

Préférons-nous être avec les gens « en vue » ? Ou apprécions-nous la présence de tous, sans faire de distinction ?

Jésus dénoncer et condamner la mentalité des religieux de l’époque, Il dira même :

« Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites! parce que vous ressemblez à des sépulcres blanchis, qui paraissent beaux au dehors, et qui, au dedans, sont pleins d’ossements de morts et de toute espèce d’impuretés. » Matthieu 23.27

Les pharisiens condamnaient les gens pour leurs fautes et leurs manquements, alors qu’eux-mêmes, n’étaient pas mieux ! Et pour Jésus, ils étaient pires, car ils se donnaient une apparence de « saint », mais à l’intérieur, ils étaient imbus de leur personne, et méprisaient leur prochain.

Ressemblez-vous à l’un de ces sépulcres blanchis ? Ou êtes-vous authentiques, dans votre amour pour les autres ?

Bien entendu Dieu aime tout le monde, Il aime tous les hommes en dépit de leurs fautes et de leurs manquements.

Mais Il prend plaisir à un cœur simple, humble, reconnaissant qu’il n’est rien, devant Son créateur, et respectant les autres, car conscient qu’ils sont l’image de Dieu.

Jésus n’aimait pas les honneurs.

Aimez-vous les honneurs ? Aimez-vous ce qui brille ?

Etes-vous déranger, du fait d’être dans l’ombre ? Voulez-vous à tous prix, être sur le devant de la scène ?

 

  • Jésus n’a pas choisi les gens importants de ce monde, mais Il se plaît à utiliser les choses folles de ce monde, pour confondre les sages :

Il choisit des gens ordinaires, des gens sur qui, personne n’aurait parié un centime, pour confondre les sages.

« Mais Dieu a choisi les choses folles du monde pour confondre les sages; Dieu a choisi les choses faibles du monde pour confondre les fortes. » 1 Corinthiens 1.27

Qui sont les sages de ce monde ? Les bien-pensants, les personnes qui pensent être supérieurs aux autres, du fait de leur éducation, position, titre, argent ect…

Pensez-vous être supérieur à quelqu’un ?

Pensez-vous que vos responsabilités dans la vie (au sein de votre travail, de votre famille, de votre église locale), vous donne le droit de mépriser quelqu’un ?

Pensez-vous que votre statut d’enfant de Dieu, vous donne le droit de mépriser un non-croyant ?

J’espère que cela nous fera rentrer en nous-mêmes, pour nous examiner quant à notre amour pour les autres.

Que le Seigneur nous aide à aimer comme Lui aime et qu’Il nous délivre de toutes formes de mépris et de négligence, envers notre prochain.

Fanny Naima

 

 

 

 

Si tu es en vie aujourd’hui…

personne qui sourit

  • Si tu es en vie aujourd’hui, VALORISE LE FAIT QUE TU VIVES AUJOURD’HUI ! car tout le monde n’a pas eu cette chance ! Sois reconnaissant(e) pour le souffle de vie !
  • Si tu es en vie aujourd’hui, CONTINUE D’ESPÉRER en dépit de toutes tes erreurs, tes problèmes, tes tragédies présentes ou passées car aujourd’hui est un nouveau jour, c’est une nouvelle page de ta vie qui va s’écrire et tu en es l’acteur(trice) principal(e)!
  • Si tu es en vie aujourd’hui, NE RESTE PAS FOCALISER SUR TES BESOINS car en te souciant des besoins d’une autre personne, c’est là que tu trouveras le bonheur ! Il y a plus de plaisir à donner qu’à recevoir 🙂

Ta journée ne peut qu’être belle, décides-le ! Excellente journée 🙂